• Il m'aura fallu attendre la quarantaine bien entamée pour découvrir la plume de Tatiana de Rosnay. Evidemment je connaissais l'auteur, son nom, son actualité littéraire depuis quelques années, mais, (et c'est aujourd'hui une certitude) je me faisais une fausse idée de son écriture. Je viens d'y remédier !

    Tatiana de Rosnay | Café Lowendal & autres nouvellesTitre : Café Lowendal & autres nouvelles

    Auteur : Tatiana de Rosnay

    Parution : 2014

    Edition : Le Livre de Poche

    Résumé / 4ème de C : Dix nouvelles épicées, salées, mordantes. A déguster sans modération !

    Les titres : Café Lowendal | Amsterdamnation | La tentation de Bel-Ombre | Un bien fou | Ozalide | Sur ton mur | La Méthode "K" | Constat d'adultère | Dancing Queen | La femme de la chambre d'amour.

    Mon avis : 

    Ce premier livre est une rencontre qui va se prolonger dans le temps. Quel plaisir de lecture ! Voici un recueil de nouvelles savoureusement distillées dans un chaudron de talent. Des textes courts et incisifs qui vous prennent par la main et vous emportent à chaque fois au coeur d'une réalité qui pourrait être la votre... C'est fin, c'est cinglant, c'est érotique, c'est peut-être même parfois autobiographique (ou pas ?), c'est, en tous cas, un pur moment de littérature, comme j'aime en vivre. 

    Ma préférence est sans hésitation réservée pour la magistrale Ozalide, une petite pépite !

    Bref, je pense que j'ai bien fait de faire mon baptème "de Rosnay" avec ce petit recueil qui vaut son pesant d'or dans ma bibliothèque ! 

    Gros coup de coeur !

    ___________________

    Le site de Tatiana de Rosnay : www.tatianaderosnay.com

    Son compte Twitter 

    Pin It

    votre commentaire
  • Depuis quelques années dans ma bibliothèque (j'ai la chance d'avoir l'édition originale des éditions Naïve), je n'avais pas encore pris le temps d'écrire un article sur ce beau roman. Etant fan depuis l'adolescence de Sherlock Holmes et de Conan Doyle, j'étais tombé par hasard sur ce livre qui ne pouvait qu'attérir chez moi. 

    Mitch Cullin | Les abeilles de Monsieur HolmesTitre : Les abeilles de Monsieur Holmes.

    (Traduit de l'américain par Hélène Collon)

    Auteur : Mitch Cullin

    Parution : 2005 (et 2007 pour la version française)

    Edition : Naïve

    Résumé / 4ème de C : Sussex, 1947. A 93 ans, Sherlock Holmes vit retiré, loin d'un monde dont les mutations et le tapage absurde lui échappent de plus en plus. Seuls le préoccupent à présent ses abeilles, l'écriture, et le déclin de sa mémoire. Mais certains êtres cherchent encore auprès de lui des réponses essentielles sur la vie, l'amour ou les limites terriblement humaines de la raison, provoquant la résurgence d'émotions que Holmes avait si longtemps enfouies, fissurant sa maîtrise légendaire...

    Dans ce portrait subtil et doux-amer d'une figure mythique, réflexion sur l'absence du père, le temps qui passe et les barrières intérieures que l'on s'impose, Mitch Cullin mène l'enquête, entrelaçant trois histoires, trois temps de la vie de Holmes, et porte sur le personnage un éclairage inédit et émouvant. 

    Mon avis : 

    Oubliez le Sherlock Holmes intrépide et alerte de l'époque de Doyle. Loin de l'image commune du héros dont nous avons (presque) tous lu les aventures épiques, notre fin limier a vieilli et est maintenant retiré chez lui, face à la mer, s'occupant de ses ruches et s'adonnant à l'écriture. Il se déplace difficilement et perd la mémoire.

    Ce roman est présenté en troix actes :

    Celui qui se déroule au présent de sa retraite dans le Sud de l'Angleterre, décrivant un homme qui a presque perdu sa froideur légendaire en même temps qu'une partie de sa mémoire et qui présente une humanité fragile et touchante, pris d'affection pour le fils de sa gouvernante. Celui qui décrit un récent voyage au Japon au cours duquel il rend visite à un ami apiculteur et recherche une plante, l'angélique, qui l'intéresse d'un point de vue botanique. Et enfin, un retour dans le passé, au cours de l'une de ses enquêtes, l'un de ses premiers échecs. 

    Nous découvrons un nouveau Holmes, au travers de ce récit, qui, finalement, est une enquête intime qui nous conduit au coeur de l'âme même de ce héros légendaire. C'est très bien écrit, finement même (on lui devait bien ça), et c'est surtout très audacieux comme roman. il fallait oser s'attaquer à ce monument en prenant le risque de l'entâcher d'un mauvais goût dégradant. Mais Cullin s'en sort plutôt bien, avec un roman particulier et plein de charme.

    C'est un sherlock Holmes attachant que nous accompagnons, un homme fragilisé que nous avons envie de soutenir quelquefois, mais qui reste, en fin de compte, fidèle à lui-même si l'on suit le raisonnement logique de Mitch Cullin.

    Je conseille ce beau roman à tous les fans de Sherlock Holmes, ils n'y trouveront peut-être pas l'excitation et le suspense ressentis dans les livres de Doyle, mais ils y savoureront l'humanité touchante d'un homme devenu légende littéraire. Ce qui vaut bien un petit détour quand même... Non ?

    Il faut souligner la qualité des livres des éditions Naïve dont les couvertures et les mises en pages sont particulièrement soignées.

    A noter qu'un film tiré du roman sort en salle actuellement, avec l’interprétation de l'excellent Ian McKellen, dont vous pouvez voir la bande annonce ici.

    Bonne lecture ! 

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Voici ce que j'appelle un Ovni, un roman très surprenant. Pour être sincère, je l'ai acheté et lu tout simplement à cause du titre, puisque je suis... gaucher.

    Alexandre jardin | L'île des GauchersTitre : L'île des Gauchers

    Auteur : Alexandre Jardin

    Parution : 1995

    Edition : Gallimard

    Résumé / 4ème de C : Dans un archipel du Pacifique Sud ignoré des géographes, l'île des Gauchers abrite une population où les droitiers ne sont plus que l'exception. Mais là n'est pas le plus important. Cette minuscule société, fondée par des utopistes français en 1885, s'est donnée pour but de répondre à une colossale question : comment fait-on pour aimer ? Sur cette terre australe, le couple a cessé d'être un enfer. C'est l'endroit du monde où l'on trouve, entre les hommes et les femmes, les rapports les plus tendres.

    Voilà ce que vient chercher, dans l'île des Gauchers, lord Jeremy Cigogne. A trente-huit ans, cet aristocrate anglais enrage de n'avoir jamais su convertir sa passion pour sa femme Emily en un amour véritable. A trop vouloir demeurer son amant, il n'a pas su devenir son époux. 

    Dans cette réalité à l'envers où tout est à l'endroit, Cigogne et Emily se délivrent non sans mal de leurs habitudes et tentent l'aventure de se combler en suivant les coutumes et les rites étonnants du petit peuple des Gauchers. 

    Mon avis : 

    Quel vaste programme...

    Un roman étonnant, surprenant, disais-je plus haut, qui date déjà d'une vingtaine d'années, mais qui se veut, par rapport au sujet dont il traite, d'actualité (puisque les difficultés et les arcanes de l'amour sont et seront toujours d'actualité !).

    Il faut reconnaître à Alexandre Jardin cette finesse dans l'écriture, cette élégance dans le propos, qui fait de lui (à mon avis) un écrivain romantique et naïf, à la plume habile et au texte plein de charme et toujours juste et équilibré. Il raconte l'histoire de Jérémy Cigogne, homme pas très beau au demeurant, qui tombe éperdument fou d'Emily à l'âge de 17 ans. Mais pour se donner toutes les chances d'obtenir les faveur de la belle, il attendra plusieurs années pour tenter de la conquérir. Il y parviendra et de leur union naîtront trois enfants.

    Mais l'amour que l'on peut attendre d'une histoire née sous un coup de foudre est difficile à s'enraciner véritablement. Et Jérémy Cigogne, ne parvenant pas à dépasser le stade passionnel de son histoire avec Emily, décide de tout quitter et d'emmener toute sa famille dans un lieu mystérieux et unique, réputé pour son climat amoureux, sa société paradisiaque où l'amour est le maître mot et où l'on passe quasiment tout son temps à apprendre à aimer l'autre. l'île des Gauchers. 

    Il faut lire ce roman comme on lirait une fable ou un long poème, rien, de mes lectures passées ne ressemble de près ou de loin à l'île des Gauchers. 

    C'est un roman d'amour. Bâti sur la quête fragile vers laquelle nous tendons tous au moins une fois au cours de notre vie : réussir à aimer l'autre, les autres, d'une affection véritable. 

    Il ne vous reste plus qu'à découvrir le sort de Cigogne et Emily sur cette île, en lisant ce sympathique roman, avec les yeux... et le coeur.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique